Quel nom choisir pour ta marque ou ton produit ? Qu’est-ce qu’un bon nom de marque ?

C’est la première question qu’on te pose quand tu annonces que tu es entrepreneur ou que tu as pour projet de le devenir.

« Et ça s’appelle comment ? »

Trouver le nom de ta marque, parfois c’est une évidence. Ton nom de famille, un nom auquel tu penses depuis petite, ou même tout simplement une idée fulgurante qui arrive sans crier gare.

Mais pour la plupart des entrepreneurs c’est un casse-tête. Peur de ne pas faire sérieux, peur que le nom de reflète pas notre personnalité et ce qu’on veut faire. Trop simple, pas assez compréhensible, trop terre à terre, trop long, trop court, pas optimisé pour Google…

Il n’existe pas de vérités absolues en ce qui concerne le nom des marques. Donnez-moi n’importe quel nom de marque, on pourra lui trouver des défauts et des qualités.

Donc, contrairement à ce que le titre annonce, ce n’est pas une méthodologie réellement dont il est question ici. En tous cas, pas au sens d’une méthode toute faite. Comme pour beaucoup de choses en marketing, il y a rarement une Vérité absolue, sauf cas extrêmes (insultes, enchaînement de lettres incompréhensible – encore que – …)

Mon objectif ici est de t’aider, si tu te retrouves un peu perdu face au champs des possibles, à savoir par quel bout prendre la chose. Cette méthode est comme un entonnoir, qui part d’un flot libre d’idées, et se réduit jusqu’à arriver à ton nom d’entreprise !

Les généralités : les types de noms qui existent 

Prenons quelques minutes pour passer en revue les types de noms qui existent aujourd’hui.

1) Ceux qui disent ce que tu fais : ils sont complètement transparents, pas de place pour le doute.

Exemple : Le Slip Français, Planet Sushi, L’atelier des chefs

2) Ceux qui disent comment tu le fais : ils partagent tes valeurs, la manière dont tu travailles ou encore une caractéristique de ton produit

Exemple : Speedy, Direct Energie, Le livre de Poche

2) Ceux qui ne veulent rien dire : mots inventés, qu’ils soient issus de nulle part ou qu’ils aient une origine

Exemple : Nike, Adidas, Joone, Sosh (début de la prononciation de social network)

3) Ceux qui disent qui tu es : une marque liée au nom de famille par exemple (très utilisé dans l’artisanat)

Exemple : les boulangeries Kayzer ou Poîlane, Patricia Blanchet, Yves Rocher

4) Ceux qui n’ont rien à voir : un mot dont tu aimes la consonance, ce qu’il évoque pour toi.

Exemple : Apple, Petit Bateau

5) Ceux qui ont une référence concrète à ta marque : ils contiennent une référence à ton histoire, à la tradition de ton métier, aux ingrédients que tu utilises…

Exemples : Coca-Cola (pour l’utilisation de la feuille de coca et de la graine de cola), Nokia (qui est un nom de ville),

6) Ceux qui font appel au référentiel commun : une fois dépliés complètement, ils sont souvent longs et descriptifs

Exemple : Make my lemonade (pour la référence au proverbe anglais « When life gives you lemons, make lemonade ») , Bonne Maman, Le Bon Coin, Shiva, Les furets.com  … 

7) Les sigles et acronymes : une fois dépliés complètement, ils sont souvent longs et descriptifs

Exemple : H&M , CIC, BNP, RATP…

8) Les jeux de mots et néologismes : exercice délicat, et souvent utilisé pour les noms de produits

Exemple : Cracotte (contraction de craquer et biscotte), Nuxe (contraction de nature et luxe), Flunch (contraction de Fast Lunch)

Etape 1 : l’introspection. 

Commence par te (re)faire une session de réflexion sur ta marque : vision, mission, valeurs, caractère, bénéfices client…

Comme chaque fois que tu réfléchis à des morceaux de ta stratégie marketing, il est important d’avoir en tête ton pourquoi. Plus tu l’as en tête, plus tu es sûr que les décisions que tu vas prendre te correspondront !

 

Quelques questions pour t’aider dans ta réflexion : 

Quelles sont les valeurs que je défends et qui représentent ma marque ?

Si on devait définir mon projet en un mot ? 

Comment se sent-on chez moi ? Sur mon site… 

Quelle est l’émotion que je souhaite déclencher ? 

Quel est le champ lexical de ma marque ? quel est mon ton ?

Ça te permet aussi de t’échauffer un peu, et de préparer ton cerveau à 

Etape 2 : crée ton univers mental  

Liste toutes les caractéristiques de ta marque : modalités d’accès, prix, contenu des produits, ligne éditoriale… ainsi tu auras ton terrain de jeu en tête ! Sois vraiment descriptif, écris ton parcours client.

Est-ce qu’on s’inscrit, est-ce qu’on reçoit, on commande, on choisit, on enregistre, on télécharge ?

En combien de temps on reçoit ce qu’on achète ? Combien de temps dure ta prestation ? 

Que contient exactement ton produit ? Où travailles-tu ? Quels sont les outils que tu utilises ?

Qu’est-ce qui caractérise ton service : rapide, efficace, VIP… ?

Tu peux aussi repartir de ton USP : Unique Selling Proposition, la promesse unique de ton produit. Ce qui fait ta différence, la valeur que tu apportes.

Etape 3 : Le brainstorming  

On entre dans le vif du sujet !

Pour éviter l’angoisse de la page blanche, je te propose une réflexion « libre mais organisée » !

Liste toutes les idée qui te viennent, organisés en 4 champs lexicaux (je te propose de prendre en italique un exemple pour une entreprise qui offre des services administratifs aux entrepreneur) : 

Le contenu et le business : ce que tu fais, ce que ça apporte à ton client, les mots qui sont liés aux bénéfices que tu apportes à ton client… 

administration – organisation – gagner du temps – gagner de l’argent – papier – administratif – tableaux excel – s’organiser – mieux gérer – comptabilité – factures – devis – paperasse – clic – ordinateur – document – tableaux – chiffres

Les modalités et caractéristiques pratiques : Comment tu le fais, qu’est-ce qui pourrait définir ta manière de travailler

en ligne – online – facile – personnalisé – sur mesure – VIP – rapide – transparent – à votre service – disponibilité – efficacité 

Les mots qui t’inspirent : plus tourné vers l’émotion que tu veux déclencher, voire simplement les mots dont tu aimes la sonorité. Donc il peut y avoir de tout là dedans !

se développer – ouvrir ses ailes – donner des ailes – reprendre le contrôle – facilitateur – faciliter – ne plus avoir peur – stop peur – papillonner – s’envoler – fly – bird – oiseau – pour vous – 

Ta personnalité et celle de ta marque : ce qui te caractérise toi, dans ta manière de porter ton projet

perfectionnisme – perfect – sécurité – secret – discretion – optimisme – joyeux – passionné – service 

Si tu es comme moi et que tu aimes le papier et les feutres,
tu devrais bientôt te retrouver avec quelque chose qui ressemble à peu près à ça 🙂 

Etape 4 : Le tri 

Ça y est, tu as noirci des feuilles et des feuilles, d’idées de noms, parfois simplement des mots, en français, en anglais, dans une autre langue. Ça doit ressembler à peu près à ce que tu vois sur l’image de dessus. C’est brouillon et tout ne se vaut pas, et c’est normal. 

Maintenant on prend son stabilo, son stylo rouge, sa souris, et on relit. Là, deux objectifs : identifier les mots qui te parlent le plus en deuxième lecture, et essayer de voir les grands « thèmes » qui ressortent. Des axes de réflexion plus réduits. On avance dans notre entonnoir. 

Si on reprend l’exemple de l’entreprise de services administratifs, les thèmes à travailler pourraient être :

> Positif / Joyeux

> Efficacité / Rapidité

Une fois ce tri fait, on re-brainstorme, cette fois-ci plus pour explorer un champ lexical, mais plutôt pour commencer à imaginer des noms. Donc on cherche à travailler ces thèmes avec des expressions, des jeux de mots, des raccourcis, quelque chose de plus percutant. Et encore une fois, sans se mettre de barrières. 

De retour dans la peau de notre entreprise de services administratifs, voilà quelques matérialisations possibles :

– Cap ou pas cap ?

– Happy Orga

– My happy compta

– Chron’Orga

Etape 5 : décanter 

Que tu aies fait ce travail seul, ou que tu aies brainstormé avec d’autres (clients potentiels, consultants, associés…), je te conseille de laisser poser un peu le travail que tu as fait.

Reviens-y 1 jour ou 2 plus tard, tu le verras d’un oeil renouvelé ! 

Etape 6 : le choix

Identifie les 2-3 noms qui te plaisent le plus, et ensuite il faut que tu en vérifies la disponibilité :

– Pour vérifier auprès de l’INPI : https://bases-marques.inpi.fr/

– Pour vérifier la disponibilité de ton nom de domaine (pour l’adresse de ton site) : https://www.ovh.com/fr/domaines/

Une dernière vérification que tu peux faire, tout simplement taper ton futur nom dans Google. Cela te permet non seulement d’identifier des marques qui ont le même nom mais qui ne sont pas passées par l’INPI, mais aussi tout simplement de voir comment Google interprète ton nom de marque. C’est intéressant parce que ça te donne une idée de la lisibilité et de la concurrence en terme de référencement de ton futur nom. 

Tout est dispo ? Fantastique ! Il ne te reste plus qu’à choisir ton préféré, et de te lancer dans l’aventure ! 

Comme toute méthodologie, c’est un chemin possible pour arriver à trouver le nom de ta marque. Ou le nom de ton produit d’ailleurs, cela peut tout à fait s’appliquer à une recherche de nom de produits (ou d’enfant, si vraiment t’aimes les méthodologies.)

Surtout, adapte la à ta manière de réfléchir, et à chacune de tes étapes, ne te bride pas ! Note vraiment toutes tes idées, ton cerveau se met rapidement en mode créatif, laisse le s’exprimer. Note tout, sans contrainte.

Garde en tête ton client idéal, et pourquoi tu te lances dans ton aventure ! Si tu as à coeur d’apporter de la valeur à ton client, ton nom soutiendra ton projet, quoi qu’il arrive.

C’est souvent le cas en marketing, ça l’est aussi pour ton choix de nom de marque : il y a rarement de « mauvaise réponse » : si tu suis ton bon sens et ton intuition, que tu ne copies pas un nom concurrent, que tu n’insultes pas ton client en danois, a priori ton nom sera ok. Perfectible peut-être, mais vas-y sans crainte, n’oublie pas : Fait est mieux que parfait 🙂

 Et toi, tu as trouvé le nom de ton projet ? Tu y réfléchis ? Tu raisonnes comment quand tu lances un nouveau service ?