As-tu déjà réfléchi à ta stratégie sur les prochains mois ?

(Spoiler alert : ceci n’est pas une stratégie à copier-coller sur ton projet)

J’adore les atmosphères de rentrée, celle de janvier comme celle de septembre. Mais surtout le début d’année : j’adore cette sensation que tout le monde est dans la même dynamique au même moment. Que ce soit avec des bonnes résolutions, des stratégies, de nouveaux projets… En amoureuse des listes et des introspections, forcément, janvier c’est un peu mon petit mois chouchou.

Pour les entrepreneurs, le début d’année contient son lot de joyeusetés : entre la clôture des bilans comptables, les réflexions sur la pérennité des projets et les 99 400 000 résultats Google à la requête ‘stratégie marketing 2019’, on a de quoi réfléchir !

On est entouré d’injonctions à planifier, anticiper, multiplier, appliquer.

Pour ma part, l’année 2019 est cruciale :
– Je clôture ma première année complète d’entrepreneuriat
– Donc j’entame ma première année en « non-débutante »
– Je prépare mon année avec un historique cette fois, et pas que des intuitions comme l’an passé
– C’est l’année où je dois pérenniser mon 
entreprise : j’ai des objectifs ambitieux, mais je veux les atteindre en respectant mes convictions.

C’est ce dernier point qui m’interroge beaucoup : comment je peux atteindre des objectifs ambitieux financièrement, tout en respectant ma philosophie ? Je tiens beaucoup à mes convictions marketing : travailler sur ton entreprise ne doit pas être une corvée, et le marketing est avant tout un état d’esprit.

Bah oui, mais les 20-tendances-stratégiques-de-méthodes-magiques-pour-atteindre-un-salaire-à-5-chiffres dans tout ça ? J’ai pas envie de les appliquer à vrai dire.

Du coup, ce que je partage avec toi aujourd’hui c’est :

Comment je regarde et j’analyse l’année passée ?
Qu’est-ce qu’une stratégie et qu’est-ce que ça contient à mes yeux ?
Comment je fixe mes objectifs ?
Comment je formalise cette stratégie ?

Faire le bilan de mon entreprise :
qu’est-ce que je dois analyser ? 

Pour ma part, je fonctionne de manière assez qualitative, le seul chiffre que je regarde est mon chiffre d’affaires. Pour le reste, il s’agit plus de ressentis dont je tire des analyses.
Je n’ai pas encore vraiment développé ma présence digitale, donc je n’ai pas énormément de statistiques pertinentes de ce côté là à regarder. On en reparle en 2020 🙂

Voici les questions que je me suis posée pour analyser l’année 2018 :

– Combien j’ai gagné ?
– Où en sont mes premiers clients aujourd’hui ? Comment a évolué leur projet ? Est-ce que je vois aujourd’hui dans leur stratégie le résultat de petites graines plantées ensemble ? Cette question est vraiment la plus cruciale, en tant qu’accompagnateur, c’est ce qui me permet d’avancer.
– Qu’est-ce que j’ai aimé faire ?
– Qu’est-ce qui a été efficace en termes de vente ?
– Ai-je atteint les objectifs fixés en début d’année ? Lesquels ? Est-ce que je les ai tous travaillés ?
– Est-ce qu’il y a des projets qui m’ont mise mal à l’aise, qui m’ont gênée ?
– Est-ce que je suis à l’aise avec toutes mes prestations ?
– Où est-ce que j’ai l’impression d’avoir apporté de la valeur ?
– Est-ce que je suis à l’aise avec la répartition de mon temps ?
– D’où viennent mes clients, et quelles sont leurs problématiques avec le recul ?
– Quels blocages ou obstacles m’ont empêché de faire plus ?
– Quels projets est-ce que j’ai abandonnés ? Pour de bonnes ou de mauvaises raisons ?
– Est-ce que je suis toujours en phase avec mon mantra ?
– Si je devais ne garder qu’UN projet client, ce serait lequel ?

Ces questions, tu peux le voir, permettent de révéler à la fois ce que j’aime, ce qui est efficace, et de m’interroger sur ce que j’apporte et comment je l’apporte.
C’est grâce à ces interrogations que tu affines ton offre et ton positionnement : une offre efficace mais que tu n’aimes pas proposer finira par ne plus être efficace. Et cela te permet aussi de ne pas ignorer les retours de tes clients : il est capital de voir là où tu as apporté de la valeur, là où tu as réellement démêlé leurs problèmes.


Faire une stratégie, ça veut dire quoi ? 


Revenons aux bases, et j’entends ce bon vieux Larousse. Qu’est-ce qu’une stratégie ?

Art de coordonner des actions, de manœuvrer habilement pour atteindre un but.

Une stratégie est donc un chemin. avec un point de départ et un point d’arrivée.
Ce point d’arrivée, c’est ton objectif. Et le contenu de ton chemin, c’est donc ta stratégie, ta tactique.

C’est important, parce que cela signifie que tout ceci est une matière VIVANTE ! Ton entreprise vit avec toi, avec tes émotions, ce que tu vis, ce qui se passe chez tes clients, ce qui se passe sur le marché, ce qui se passe au niveau légal et administratif… Aujourd’hui avoir une stratégie sur un an qui ne bouge pas d’un iota me paraît non seulement impensable, mais dommage. Parce que justement, tout l’intérêt de tout ça, ce qui fait que c’est intéressant, c’est que tu peux retravailler en cours de route tes plans d’action.

S’il y a une chose dont je suis persuadée, c’est qu’en terme de développement de business, il n’existe pas de tables de la loi : il y a toujours plusieurs chemins. Chaque coach t’en proposera un différent, et ça ne veut pas dire que quelqu’un a tort ou raison. Mais que tu dois trouver le chemin qui te correspond. Mais je m’égare !

Faire une stratégie donc 🙂
Une stratégie se compose de 4 éléments à mon sens :

Une raison d’être : ta mission, pourquoi tu fais tout ça. Interroge toi sur ce qui t’anime, la manière dont tu veux aider tes clients. Pense plus haut que la simple définition de tes produits.

Des objectifs : ce que tu veux atteindre. Des résultats financiers au format que tu le souhaites : un salaire mensuel, un chiffre d’affaires annuel… Mais aussi des objectifs plus qualitatifs : il ne faut pas les sous-estimer, écrire plus souvent sur ton blog, rencontrer de nouveaux partenaires, aller à plus d’événements, créer plus ou plus souvent… Ce sont des objectifs peut-être plus « simples » à atteindre mais très gratifiants, et sur lesquels tu as tout autant de mérite que sur les objectifs financiers.
On parle beaucoup des objectifs S.M.A.R.T (Spécifiques Mesurables Atteignables Réalistes Temporels). L’approche est intéressante, mais elle met trop de côté les objectifs affectifs : moi je sais que cette année je veux être moins stressée dans mon organisation par exemple. Cela se traduit par des actions concrètes, mais à vrai dire je ne crois pas que ce soit un objectif S.M.A.R.T. Et pourtant il est capital au fonctionnement de mon entreprise. À toi de trouver l’équilibre entre objectifs qualitatifs et quantifiables.

  Une offre : ce que tu proposes, que ce soit gratuitement ou en payant. À qui tu le proposes, et ce que tu apportes comme valeur. C’est là que le bilan de l’année précédente va prendre beaucoup de places.

Des actions : qu’est-ce que tu vas mettre en place pour atteindre tes objectifs ? Note des idées d’actions, pas grave si elles évoluent, au contraire. On n’essaie pas de figer ton emploi du temps sur les 6 prochains mois, mais plutôt de lancer des pistes de ce que tu as envie de tester.


Comment ça se traduit concrètement ? 

Pour ma part, ça se passe à l’écrit, et je te conseille de faire pareil. Cela ancre particulièrement ce que tu prévois, et tu peux y revenir quand tu as un petit coup de mou !

1) J’ai répondu aux questions que j’ai partagées avec toi. J’ai discuté avec d’anciens clients pour enrichir ma réflexion, relu des documents que j’ai produits…

2) J’ai écrit une visualisation de ce qu’est mon entreprise idéale, je décris mon état d’esprit, mes envies, ce que je fais de mes journées…

3) J’ai résumé sur deux pages de mon carnet ma stratégie : à gauche les 4 axes de ma stratégie : sortir ma formation en ligne, retravailler ma stratégie éditoriale, ma stratégie de communication et mon organisation. L’an passé, j’avais fait l’erreur de définir trop d’axes de développement, je voulais être partout, tout le temps : résultat je n’ai pas du tout fait ce que je voulais et j’étais déçue de moi. On ne m’y reprendra plus : si déjà je réussis à développer ces 4 axes je serais ravie !
Et en bas, mon objectif financier, en grand, assumé et motivant chaque fois que je regarde cette double page !
J’ai aussi une page sur laquelle j’ai une jauge pour suivre où j’en suis de mon chiffre d’affaire par rapport à mon objectif, et des 3 paliers intermédiaires que j’ai définis.

4) La méthode des petits pas : j’ai un bloc notes spécifique pour ça : pour chaque projet, je liste toutes les actions à faire. Et une liste peut en amener une autre. Par exemple pour travailler ma formation en ligne j’ai une liste de ce qu’il faut faire au global, une liste de tous les contenus à produire, une liste de toutes les actions de communication etc…

Bref, créer ta stratégie est un exercice à la fois très ponctuel, c’est bien de se poser de temps en temps dessus, mais aussi continu : chaque jour, à chaque action que tu entreprends, tu apprends quelque chose de nouveau pour ton entreprise. 
Pour l’organisation au quotidien pour atteindre ces objectifs, je vous prépare un autre article plus précis. Non parce que je suis là à faire mon entrepreneure hyper efficace, mais en vrai je suis à la base plutôt désorganisée et parfois je me demande comment cette entreprise tient debout ! Mais je vous raconterai mes confessions de désorganisée qui s’en sort une prochaine fois ! 

Et n’oublie pas de m’envoyer un mail si tu as besoin d’un premier diagnostic gratuit, ça me fera plaisir de discuter avec toi de ton projet et de ta stratégie 🙂